Le hamac à barres, un danger pour son utilisateur et une mauvaise publicité pour le vrai hamac.

Il fait partie de l’imaginaire collectif et pourtant il est le principal ennemi du véritable hamac.

On vous en dit plus …

NON au Hamac à barres !

Un hamac n’est pas censé se retourner et faire chuter son utilisateur, pourtant ce hamac existe, c’est le plus vendu : le hamac à barres !

Sur une foire lorsque je propose à un visiteur de faire un break dans un de mes hamacs, en général il va me dire « non merci ! je ne veux pas tomber » le tout avec un grand sourire, comme si cela était inéluctable, un fait établi, Hamac = Gamelle … (sic)

Et lorsque qu’un client s’autorise à essayer un de mes hamacs, il y a toujours un « ami » ou un badaud pour venir le balancer, le secouer afin de lui signifier qu’un hamac « c’est bien ce qu’on croit », histoire de perpétuer le « savoir collectif ».

D’où viennent donc ces réactions ?

Des expériences de chutes par beaucoup de gens, pour eux le hamac c’est niet ! Et toujours le même type de hamac : le hamac à barres.

Le hamac à barres est le porte-étendard des hamacs. Il domine le marché  mondial,  il est l’image d’Epinal du hamac, le plus représenté, le plus peint, photographié, le plus utilisé dans les publicités, les films, l’un des plus vendus et le plus plebiscité.

Une relation schyzophrénique s’est établie entre l’homme et le hamac : Hamac = cocotiers, farninente, mais hamac = gamelle assurée !

Bien fait ! L’imprudent « fainéant », « paresseux », se verra punir de son intolérable relâchement.

Prenons la sieste, et par extension la paresse. Chose étrange et très mal perçue dans notre société occidentale alors qu’elle fait partie de la vie de millions de gens dans le monde.

Les bienfaits de la sieste sont reconnus, elle permet d’ équilibrer notre existence, de relâcher la pression, de lutter contre le stress.

L’on autoriserait donc une sieste, mais à condition que celle-ci soit méritée, brève, en alerte, sur le fil du rasoir et dans un hamac prêt à vous renvoyer à votre productivité illico.

Stop au hamac à barres ! C’est un hamac empêcheur de siester tranquillement (un comble !), instable et versant,  à l’inverse de celui qui ne dispose pas de barres, qui est stable et confortable. C’est le hamac à barres qui est instable !

Ce hamac répond aux exigences d’un marketing privilégiant l’imaginaire (collectif) au réel.

D’après la légende et ce qui se raconte sur le net, la conception du hamac à barres remonterait aux navigateurs.

Les marins du monde entier l’auraient ainsi « amélioré » en rajoutant des barres afin de pouvoir sortir plus facilement du hamac, nous dit-on.

En dehors du fait que les barres permettent de maintenir le tissu écarté afin qu’il sèche plus facilement en mer, je ne vois pas la raison de rajouter des barres, entraînant chutes et bousculades (imaginons la scène lors d’une tempête) ; je pense même que les marins ont dû très vite se débarrasser de ces barres.

Après quelques fructueuses recherches, on peut se rendre compte que les plus grandes marines du monde utilisaient bien des hamacs traditionnels (certes étroits afin de pouvoir caser le plus de matelots possible et qu’ils y dormaient dans la longueur),  mais jamais de hamacs à barres, ou alors pour le maintenir ouvert durant la journée afin qu’ils s’aèrent ou qu’ils puissent sécher.

Ni la marine française, ni la royal navy n’ont eu de  hamacs à barres, ce qui se comprend aisément.

A l’époque, le hamac était nommé « branle » sur un bateau ; il y avait le « branle bas du matin » et le « branle bas de combat » (Larousse)  où l’on retirait le hamac afin de faire de la place dans les entreponts du navire. Le hamac ne prend pas de place et il se retire très vite.

Dans la navy les hamacs étaient saucissonnés la journée afin que tout reste à l’intérieur.

Toujours est-il que ce fake hamac (hamac à barres) est venu inonder les supermarchés du monde entier et induire les utilisateurs en erreur.

L’aspect du hamac à barres le fait ressembler à un lit, accessible, les bras grands ouverts, mais prêt à vous faire chavirer.

Mieux que toutes les explications du monde, démonstration :

Vous noterez que les chutes des hamacs traditionnels sont uniquement dues à des noeuds mal réalisés ou à des cordes qui lâchent.

Ce ne sont pas les marins, mais bien les américains qui ont popularisé ce type de hamac !

Aux USA, le hamac à barres est le « number one » incontesté, les américains ne jurent que par lui,  ils le fabriquent même depuis des lustres.

En parallèle, un hamac latino américain va être considéré, par la majorité, comme « cheap » et disgracieux, « un sac » diront certains, (certainement que ceux-ci étaient très mal installés).

En outre les américains aiment le proudly « made in USA », une question de fierté, même si le hamac à barres est instable et dangereux.

Quand on connaît l’influence de nos amis américains, on comprend pourquoi nous avons également été contaminés.

Son influence a même incité des supermarchés  à en faire fabriquer des millions de pièces en Chine pour notre plus grand bonheur. Business is business !

Il a fallu que quelques voyageurs occidentaux parcourent les Amériques, expérimentent et rapportent de véritables hamacs latino stables, spacieux et confortables, pour que les mentalités commencent à changer.

Je ramène dans mes valises le hamac authentique depuis 1987, date de mon premier voyage au Brésil.

Rappel : Le hamac à barres

  • Ne s’utilise que dans sa longueur. J’ai vu des sites se proclamant spécialistes du hamac conseiller aux clients de l’utiliser en diagonale, certains mélangent tout ;
  • Il ne peut pas être lavé en machine car les bois sont inamovibles ;
  • Il prend le vent et tourne sur lui-même ;
  • Il est surtout versant et peut se retourner très facilement.

Alors oui on arrive à s’y installer sans tomber, mais à quel prix ! la vigilance doit être permanente.

Il s’agit d’un hamac qui n’existe pas et qui est devenu l’un des plus vendus sur le marché.

A la Maison du Hamac de l’Isle sur la Sorgue, nous recevons parfois des clients qui recherchent des hamacs à barres. Nous le leur déconseillons, nous tenons à leur a santé !

Nous proposons néanmoins quelques hamacs à barres pour ceux qui possèdent déjà des supports spécifiques à ces hamacs ainsi que pour l’aspect décoratif à installer au fond du jardin.

Soyons clairs, la réputation casse-gueule des hamacs vient uniquement de ces modèles de hamac à barres.

La seule façon de tomber d’un hamac tradionnel est d’entrer avec les pieds en premier ou de se mettre debout dans le hamac.

Vous recherchez un hamac confortable, spacieux, résistant, d’origine, beau ? Vous trouverez certainement votre bonheur sur notre site www.hamac.fr ou dans notre magasin La Maison du Hamac de l’Isle sur la Sorgue.